Arrivée à la maternité

Arrivée à la maternité

Les premiers examens

Dès votre arrivée, vous êtes prise en charge par une sage-femme (ou par le médecin de garde). Grâce à votre dossier médical, elle fait plus ample connaissance avec vous. Elle vous interroge sur le rythme de vos contractions et pratique les premiers examens : prise de la température et de la tension artérielle, analyses d’urine pour rechercher la présence de sucre et d’albumine, prise de sang pour un bilan de péridurale, une vérification du groupe sanguin et du taux de plaquettes.
Par des palpations de l’abdomen, elle apprécie la hauteur de l’utérus et la présentation de votre bébé. Un toucher vaginal permet de contrôler l’ouverture du col de l’utérus et la souplesse du périnée, des informations qui lui donneront une idée de l’avancement de l’accouchement.

Le monitoring

Une large ceinture équipée de capteurs est installée sur votre ventre pendant une demi-heure environ. Elle sert à surveiller les échanges placentaires entre la future maman et le fœtus. Lors d’une contraction, la quantité d’oxygène qui parvient au bébé diminue légèrement pendant quelques secondes. Cela n’a en principe aucune conséquence puisque naturellement, son rythme cardiaque ralentit pour s’adapter à la situation.
Dans de très rares cas, il peut arriver que ce ralentissement s’accentue et se prolonge : c’est la bradycardie. Si la privation d’oxygène devient trop importante ou que le fœtus est particulièrement fragile (prématuré, retard de croissance, rejet de méconium ou terme dépassé), le danger est alors l’asphyxie parfois appelée à tort « souffrance fœtale » avec un risque de séquelles neurologiques et des convulsions à la naissance. Le gynécologue-obstétricien se base sur l’analyse des ralentissements du cœur délivrée par le monitoring, pour décider ou non d’une césarienne en urgence.

L’arrivée en salle de travail ou de pré-travail

Si tout se déroule normalement et si la sage-femme juge vos contractions efficaces (on considère que le travail a commencé lorsque le col est complètement effacé et ouvert à « 2 doigts larges »), on vous installera en salle de travail ou de pré-travail, selon les habitudes de la maternité.
A ce stade de la dilatation, vous serez invitée à bouger. Tant que la péridurale n’est pas posée et que le monitoring n’est pas branché de façon continue. Profitez-en pour vous promener dans les couloirs. La position verticale est idéale car le bébé appuie ainsi plus fortement sur le col et cela accélère les contractions. De plus, vous trouverez le temps moins long si vous êtes active.