La délivrance

La délivrance

Les contractions reprennent

Une vingtaine de minutes après l’accouchement, les contractions utérines reprennent. Heureusement, elles sont beaucoup moins fortes que celles qui ont conduit à la naissance de votre enfant. La plupart du temps, la péridurale fait toujours effet. Vous ne les sentirez même pas, tout à la joie d’être arrivée au bout de l’aventure et d’avoir fait connaissance avec votre tout-petit. Ces contractions ont pour but de décoller le placenta qui adhérait à l’utérus. Entraînant avec lui les membranes qui entouraient le bébé. Dans certaines maternités, la délivrance est dirigée. Au moment où la sage-femme dégage une à une les épaules du bébé, des ocytocines sont injectées dans la perfusion, qui vont accélérer les contractions et les rendre très efficaces. Cette pratique permet de limiter les hémorragies d’après-accouchement et d’expulser le placenta dans la foulée de la naissance, cinq minutes plus tard.

Le placenta est expulsé

La sage-femme saisit la partie du cordon ombilical encore reliée au placenta. Tire doucement dessus, tout en empaumant le fond de l’utérus et en appuyant de la main sur votre ventre. Cependant il arrive que l’on peut vous demander de pousser pour aider à l’expulsion. Le placenta pèse entre 500 et 700 grammes et ressemble à un gros gâteau. Après son expulsion, la sage-femme l’examine soigneusement en passant les pouces dessus pour vérifier son intégrité et la régularité de sa surface. Le corps du placenta est formé d’une masse de petits cotylédons rouges séparés par des sillons. Aucun ne doit manquer à l’appel.

L’épisiotomie est recousue

Si vous avez eu une épisiotomie, il faut maintenant la recoudre, toujours sous anesthésie. Si vous êtes sous péridurale, la région est déjà insensibilisée, sinon on vous fera une anesthésie locale. Plusieurs couches de tissus doivent être réparées avec des fils résorbables : le vagin, le muscle et la peau. En principe, la cicatrisation est obtenue en quelques jours.

C’est terminé ! 

La plupart des toutes nouvelles mamans sont dans un état d’euphorie dû aux hormones endorphines.